Image default
Rencontre Gay

17 Conseils pour les partenaires des personnes transgenres

Notez cet article

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et ne peut inclure toutes les « bonnes » choses à faire ou à dire, car il n’existe souvent pas de « bonne » réponse à chaque situation que vous pouvez rencontrer.

Lorsque vous devenez un allié des personnes transgenres, vos actions contribuent à changer les mentalités, à faire de la société un endroit meilleur et plus sûr pour les personnes transgenres et pour toutes les personnes (trans ou non) qui ne se conforment pas aux attentes conventionnelles en matière de genre.

Il ne suffit pas de regarder pour savoir si quelqu’un est transgenre.

Les personnes transgenres n’ont pas une apparence particulière et ne viennent pas d’un milieu particulier. De nombreuses personnes transgenres ne sont pas « visiblement transgenres », ce qui signifie qu’elles ne sont pas perçues comme telles par les autres.

Il n’est pas possible de regarder dans une pièce et de « voir » s’il y a des personnes transgenres. (Ce serait comme si une personne regardait dans la pièce pour « voir » s’il y a des homosexuels).

Vous devez partir du principe qu’il peut y avoir des personnes transgenres à n’importe quel rassemblement ou dans n’importe quel espace.

Ne faites pas d’hypothèses sur l’orientation sexuelle d’une personne transgenre.

L’identité de genre est différente de l’orientation sexuelle. L’orientation sexuelle concerne les personnes par lesquelles nous sommes attirés.

L’identité de genre concerne notre sentiment personnel d’être un homme ou une femme, ou aucun de ces genres binaires. Les personnes transgenres peuvent être gays, lesbiennes, bisexuelles ou hétérosexuelles.

Si vous ne savez pas quels pronoms utiliser, écoutez d’abord.

Si vous n’êtes pas sûr du pronom utilisé par une personne, écoutez d’abord le pronom que d’autres personnes utilisent en parlant d’elle. Une personne qui connaît bien cette personne utilisera probablement le bon pronom.

Si vous devez demander quel pronom la personne utilise, commencez par le vôtre. Par exemple : « Bonjour, je m’appelle Alex et j’utilise les pronoms il et lui. Et toi ? »

Utilisez ensuite le pronom de cette personne et encouragez les autres à faire de même. Si vous utilisez accidentellement le mauvais pronom, excusez-vous rapidement et sincèrement, puis passez à autre chose.

Plus vous faites de cas de la situation, plus elle est inconfortable pour tout le monde.

Ne demandez pas à une personne transgenre quel est son « vrai nom ».

Pour certaines personnes transgenres, le fait d’être associées à leur nom de naissance est une énorme source d’anxiété, ou c’est tout simplement une partie de leur vie qu’elles souhaitent laisser derrière elles.

Respectez le nom qu’une personne transgenre utilise actuellement. Si vous connaissez le nom qu’une personne a reçu à la naissance mais qu’elle n’utilise plus, ne le partagez pas sans son autorisation explicite.

De même, ne partagez pas de photos d’une personne avant sa transition, sauf si vous avez son autorisation.

Comprenez les différences entre le « coming out » en tant que lesbienne, gay ou bisexuel et le « coming out » en tant que transgenre.

Le « coming out » en tant que lesbienne, gay ou bisexuel est généralement considéré comme la révélation d’une vérité qui permet aux autres de connaître votre personnalité authentique.

La communauté LGB accorde une grande importance et une grande valeur à l’idée d’être « out » pour être heureux et entier. Lorsqu’une personne transgenre a effectué une transition et vit sa vie de manière authentique, c’est sa vérité.

Le monde les voit maintenant comme ce qu’ils sont vraiment. Malheureusement, il est souvent difficile pour une personne transgenre de révéler à d’autres personnes qu’elle est transgenre.

Parfois, lorsque d’autres personnes apprennent qu’une personne est transgenre, elles ne la considèrent plus comme « réelle ».

Certaines personnes peuvent choisir de discuter publiquement de leur histoire de genre dans un effort de sensibilisation et de changement culturel, mais ne présumez pas qu’il est nécessaire pour une personne transgenre de révéler qu’elle est transgenre pour se sentir heureuse et entière.

Faites attention à la confidentialité, à la divulgation et au « outing ».

Certaines personnes transgenres se sentent à l’aise pour révéler leur histoire de genre, d’autres non. L’histoire du genre d’une personne transgenre est une information personnelle et c’est à elle de la partager avec les autres.

Ne partagez pas ces informations avec désinvolture, ne spéculez pas et ne faites pas de commérages sur une personne que vous connaissez ou que vous pensez être transgenre.

Non seulement il s’agit d’une atteinte à la vie privée, mais cela peut également avoir des conséquences négatives dans un monde qui ne tolère pas la diversité des genres.

Les personnes transgenres peuvent perdre leur emploi, leur logement, leurs amis ou même leur vie lorsque d’autres personnes découvrent leur histoire de genre.

Respectez la terminologie utilisée par une personne transgenre pour décrire son identité.

Les personnes transgenres utilisent de nombreux termes différents pour décrire leurs expériences. Respectez le terme (transgenre, transsexuel, non-binaire, queer, etc.) qu’une personne utilise pour se décrire.

Si une personne n’est pas sûre du terme qui lui convient le mieux, donnez-lui le temps de le découvrir par elle-même et ne lui dites pas quel terme vous pensez qu’elle devrait utiliser.

Vous n’aimeriez pas que votre identité soit définie par les autres, alors permettez aux autres de se définir eux-mêmes.

Soyez patient avec une personne qui s’interroge sur son identité de genre ou qui l’explore.

Une personne qui s’interroge sur son identité sexuelle ou qui l’explore peut prendre un certain temps pour trouver ce qui est vrai pour elle.

Elle peut, par exemple, utiliser un nom ou un pronom, puis décider plus tard de changer à nouveau de nom ou de pronom. Faites de votre mieux pour être respectueux et utiliser le nom et le pronom demandés.

Comprenez qu’il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » façon d’effectuer une transition et que celle-ci est différente pour chaque personne.

Certaines personnes transgenres ont recours à des soins médicaux tels que les hormones et les opérations chirurgicales dans le cadre de leur transition afin d’aligner leur corps sur leur identité de genre.

Certaines personnes transgenres souhaitent que leur identité de genre authentique soit reconnue sans hormones ni chirurgie.

Certaines personnes transgenres ne peuvent pas accéder aux soins médicaux, aux hormones et/ou aux opérations chirurgicales en raison d’un manque de ressources financières ou d’accès aux soins de santé.

L’identité d’une personne transgenre ne dépend pas des procédures médicales ou de son physique. Acceptez que si quelqu’un vous dit qu’il est transgenre, il l’est.

Ne posez pas de questions sur les organes génitaux, le statut chirurgical ou la vie sexuelle d’une personne transgenre.

Il serait inapproprié de poser des questions à une personne non transgenre ou cisgenre sur l’apparence ou l’état de ses organes génitaux. Il est tout aussi inapproprié de poser ces questions à une personne transgenre.

Ne demandez pas à une personne transgenre si elle a subi « l’opération » ou si elle est « pré-op » ou « post-op ». Si une personne transgenre souhaite vous parler de ces questions, elle en parlera.

De même, il ne serait pas approprié de demander à une personne non transgenre comment elle a des rapports sexuels, alors la même courtoisie devrait être accordée aux personnes transgenres.

Évitez les compliments détournés et les conseils « utiles ».

Même si votre intention est d’apporter votre soutien, des commentaires comme ceux qui suivent peuvent être blessants, voire insultants :

  • « Je n’aurais jamais su que tu étais transgenre. Tu es si jolie ».
  • « Tu ressembles à une vraie femme. »
  • « Elle est si belle, je n’aurais jamais deviné qu’elle était transgenre. »
  • « Il est si sexy. Je sortirais bien avec lui même s’il est transgenre. »
  • « Tu es si courageuse. »
  • « Tu réussirais tellement mieux si tu te maquillais moins/plus, si tu avais une meilleure perruque, etc. »
  • « Tu as pensé à un coach vocal ? »

Contestez les remarques ou les blagues anti-transgenres dans les espaces publics, y compris les espaces LGB.

Vous pouvez entendre des commentaires anti-transgenres de la part de militants anti-LGBTQ, mais vous pouvez aussi les entendre de la part de personnes LGB.

Quelqu’un peut penser que parce qu’il est gay, il est normal qu’il utilise certains mots ou qu’il fasse des blagues sur les personnes transgenres.

Il est important de contester les remarques ou les blagues anti-transgenres chaque fois qu’elles sont prononcées et peu importe qui les dit.

Soutenez les toilettes publiques pour tous les sexes.

Certaines personnes transgenres ou non-conformes au genre peuvent avoir l’impression de ne pas correspondre aux signes sur la porte des toilettes.

Encouragez les écoles, les entreprises et les organismes à proposer des toilettes à usage unique, unisexes ou mixtes.

Indiquez clairement que les personnes transgenres et non-conformes au genre sont invitées à utiliser les toilettes dans lesquelles elles se sentent à l’aise.

Contribuez à faire en sorte que votre entreprise ou votre groupe soit réellement ouvert aux personnes transgenres.

« LGBTQ » est désormais un terme courant qui réunit sous le même acronyme les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, queer et transgenres.

Si vous faites partie d’une entreprise ou d’un groupe qui se dit « LGBTQ-inclusif », n’oubliez pas que les personnes transgenres sont confrontées à des défis uniques, et qu’être « LGBTQ-inclusif » signifie comprendre réellement les besoins de la communauté transgenre et mettre en œuvre des politiques pour y répondre.

Lors de réunions et d’événements, adoptez un ton inclusif.

Dans un groupe, identifiez les personnes par leurs vêtements au lieu d’utiliser un langage sexué. Par exemple, « la personne à la chemise bleue » au lieu de « la femme à l’avant ». De même, il vaut mieux éviter de dire « Monsieur » et « Madame ».

Si les salles de bains de l’espace ne sont pas déjà mixtes, demandez s’il est possible d’y apposer un signe de mixité. Dans certaines circonstances, lorsque tout le monde n’est pas connu, envisagez de demander aux gens de se présenter avec leur nom et leur pronom.

Par exemple, « Bonjour, je m’appelle Nick et j’utilise les pronoms il/elle ». Commencez par vous-même et utilisez un ton sérieux qui découragera les autres d’écarter l’activité par une plaisanterie.

Toutefois, si vous pensez que cette pratique aura pour effet de singulariser les personnes trans dans la salle ou de les mettre sur la sellette, évitez-la.

Rappelez-vous qu’il ne coûte rien aux personnes cisgenres de partager leurs pronoms, mais que pour les personnes transgenres, cela peut être une décision très grave.

Écoutez les personnes transgenres.

La meilleure façon d’être un allié est d’écouter avec un esprit ouvert les personnes transgenres qui parlent d’elles-mêmes. Suivez les leaders d’opinion de la communauté transgenre.

Consultez des livres, des films, des chaînes YouTube et des blogs transgenres pour en savoir plus sur les personnes transgenres et les problèmes auxquels elles sont confrontées au sein de la communauté.

Apprenez que les personnes transgenres ne sont pas nouvelles.

Les personnes transgenres existent dans toutes les cultures et à travers le temps et l’histoire. Ce qui est nouveau, c’est la prise de conscience de la diversité des genres et de la communauté transgenre, grâce à l’attention accrue des médias au cours des dernières décennies.

Cependant, la plupart de ces reportages ont spéculé et projeté sur les expériences des personnes transgenres plutôt que de s’appuyer sur des témoignages de première main.

DISCLOSURE, un documentaire diffusé sur Netflix, réalisé par Sam Feder et produit par Laverne Cox, retrace l’histoire de la représentation des transgenres à la télévision et au cinéma à l’aide d’images d’archives et d’entretiens avec 30 défenseurs et artistes transgenres travaillant dans l’industrie du divertissement.

Il révèle comment les médias ont profondément influencé la perception du public, les politiques et la compréhension des transgenres. Regardez le documentaire pour comprendre comment la télévision et le cinéma ont enseigné aux personnes trans et cis ce qu’elles doivent penser de cette communauté.

Connaissez vos propres limites en tant que partenaire.

N’ayez pas peur d’admettre que vous ne savez pas quelque chose. Il est préférable d’admettre que vous ne savez pas quelque chose plutôt que de faire des suppositions ou de dire quelque chose qui pourrait être incorrect ou blessant.

Recherchez les ressources appropriées qui vous aideront à en savoir plus. N’oubliez pas qu’être un allié est un mode d’action soutenu et persistant, et non un nom oisif ou stable.

A lire aussi

4 choses à savoir pour reconnaitre un gay

administrateur

Planetromeo : le meilleur site de rencontre gay en 2021

administrateur

Comment faire une rencontre gay ?

administrateur